Orange mécanique (A Clockwork Orange), Stanley Kubrick, 1968.



JEUNESSE / GENESE DU MONSTRE

A NOTER :

Orange Mécanique est adapté d'un livre d'ANTHONY BURGESS, "Clockwork Orange" (et non pas "A Clockwork Orange", titre du film de Kubrick), livre qui est plus ou moins parsemé d'anecdotes autobiographiques, dont la douloureuse suivante : la femme d'Anthony Burgess avait été violée par une bande de voyous, et c'est à la suite de ce pénible incident qu'il avait entrepris la rédaction de son livre. (Anecdote pas drôle du tout, mais qui mérite d'être citée).

Les quatre droogs retournent au Korova, afin de finir leur nuit, et c'est là que se produit l'incident qui donnera lieu à l'évolution des événements : Une cantatrice est au Korova, assise près des droogs, et chante a capella un passage de la neuvième symphonie de Ludvig Van Beethoven (that dear Ludvig Van...). Alex (qui voue un culte à Ludvig van) sent tous les poils de son corps se hérisser, comme parcouru par une foule de petits lézards. Mais son droog DIM, le plus stupide, le plus inculte des quatre, ne peut s'empêcher de se moquer. Alex lui administre donc un terrible coup de canne. La querelle est lancée. Chacun rentre chez soi, et Alex écoute un passage de la Neuvième de Ludvig van, pour finir sa nuit en beauté.

Le lendemain matin, sa mère vient le réveiller avant de partir à l'usine. Il prétexte une migraine et reste au lit jusqu'au départ de ses parents. Il se lève finalement et tombe nez à nez avec P.R. DELTOïD, le médecin chargé de le suivre, de le surveiller dans son développement social et psychologique. Deltoïd, personnage complètement pervers et surtout démuni face à Alex, lui "sert" un petit discours moralisant qui se termine par un uppercut aux testicules. Alex arrive finalement à s'en débarrasser et on le retrouve dans un magasin de disques. Il croise deux jeunes filles (12 et 13 ans dans l'oeuvre de Burgess, plus âgées dans le film de Kubrick !), les ramène chez lui, et couche avec les deux, en accéléré (sur l'ouverture de "La Pie Voleuse" de Rossini, revue et accélérée par Walter Carlos). Une fois ses frasques abouties, il descend de son appartement, et découvre ses trois droogs dans le hall.

Vexés par l'altercation de la veille, les trois droogs ont décidé qu'il n'était plus le chef, qu'il était temps de passer à quelque chose de plus conséquent (big big money). Georgie est donc le nouveau chef. Alex ne dit rien, mais en chemin vers le bar, il se jette sur ses amis, avec l'intention de leur faire comprendre qui est le véritable chef. Il frappe Dim, le pousse dans l'eau, lui entaille la main avec le couteau caché dans le manche de sa canne, frappe aussi Georgie dans le ventre, et le pousse à l'eau (à noter, seul Pete, qui reste tout le long du film en retrait, n'aura pas à souffrir de cela). Alex pense alors avoir réglé la situation et nos quatre amis se retrouvent dans un bar, où Georgie explique son plan. Il s'agit d'agresser, de nuit, la "femme aux chats", une vieille "folle", qui tient un centre de yoga-relaxation, actuellement fermé pour cause de vacances. Alex accepte le plan et dirige les opérations.

Arrivés chez la femme aux chats, Alex utilise le même prétexte que chez l'écrivain pour tenter d'entrer. Mais la femme aux chats a eu vent de l'affaire et refuse d'ouvrir. Tandis qu'elle appelle la police, Alex entre dans la maison. Il rejoint la femme dans la pièce principale, et après une violente altercation, il la tue finalement avec une sculpture en plâtre représentant un phallus. La police arrive sur ces entrefaits, et au moment où Alex sort de la maison en criant à ses amis de s'enfuir, ceux-ci lui "éclatent" une bouteille de lait (Milk !!!) au visage et le laissent au sol, aveuglé.

Alex est donc capturé par la police, frappé (par les policiers, par Deltoïd) et finalement enfermé au pénitencier, sous le matricule de 665321.
On le retrouve deux ans après. Il est devenu le protégé du prêtre de la prison, à qui il fait croire qu'il apprécie la Bible pour la force de la vertu qu'elle dégage, alors qu'il se contente d'y trouver matière à alimenter ses fantasmes sadiques (Supplice du Christ où il est le tortionnaire, combats entre Hébreux et Chrétiens où, chrétien, il égorge à tour de bras, etc.). C'est à ce moment qu'il apprend l'existence du traitement LUDOVICO (à noter : le parallèle Ludovico/Ludwig van), un traitement qui promet aux détenus de sortir de prison et de ne plus jamais y retourner. Les autorités administratives du pénitencier acceptent qu'Alex serve de cobaye.

LE TRAITEMENT LUDOVICO

APRES LE TRAITEMENT LUDOVICO

FIN
[Retour à la 
page Kubrick's] Retour Orange Mécanique